Histoire de la protection de la nature et de l’environnement
Accueil du site
Dernière mise à jour :
jeudi 25 octobre 2018
Statistiques éditoriales :
167 Articles
5 Brèves
Aucun site
43 Auteurs

Statistiques des visites :
1352 aujourd'hui
3815 hier
3798547 depuis le début
     
Agenda
<<  Novembre 2018  >>
LuMaMeJeVeSaDi
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293012
Aucun évènement prévu ce mois-ci
Brèves
Décès de Gilbert André
mardi 9 octobre
La mort l’a emporté le 3 octobre dernier à l’âge de 91 ans. Il était l’un des pionniers de la création des parcs nationaux français. Voir sa biographie
 
Vient de paraître
lundi 8 octobre

L’ouvrage du colloque "Nuisibles", une notion en débat" est publié aux Presses Universitaires de Rennes. Disponible en librairie (25 €). 344 p. ISBN : 978-2-7535-7479-3

 
Faire un don
mardi 25 février
C’est facile avec HelloAsso
 
Remarque
jeudi 20 février
Merci de nous signaler tout incident lors de votre navigation (non ouverture d’une pièce jointe, lien inopérant ...)
 
l’AHPNE est sur Facebook
mercredi 18 décembre
 
Auteur : Gérard Sournia
Envoyer un message

Articles de cet auteur
mardi 18 mars 2014
HOFFMANN Luc (1923-2016)
Fondateur de la Station de recherche biologique de la Tour du Valat (1954) ; co-fondateur (1961) du World Wildlife Fund (WWF) ; un des contributeurs à l’élaboration de la Convention de Ramsar sur la préservation des zones humides (1971) ; inspirateur et créateur de nombreuses zones protégées en Europe (Doñana, Hortobagy, Prespa…) et en Afrique (Banc d’Arguin) ; Fondateur de la Fondation MAVA (1994) ; mécène de la protection de la nature.
Luc Hoffmann est un ornithologue, un écologiste et un philanthrope reconnu dans ces trois dimensions. Né le 23 Janvier 1923 à Bâle (Suisse), il est le second fils (...)

lire la suite de l'article
lundi 16 décembre 2013
L’ivoire de Mandela
Quel curieux clin d’œil du destin ! Au moment où se tenaient, quasi simultanément, début décembre, deux conférences, à Gaborone - Bostswana (qualifiée de «  Sommet sur l’éléphant d’Afrique ») et à Paris, conférences qui pourraient s’avérer décisives pour la survie des éléphants, s’éteignait Nelson Mandela. Celui que les Africains appelaient le baobab, parce qu’il avait résisté à tout et qui fût l’apôtre de tant de combats, le fut aussi pour les éléphants. Il appela, à plusieurs reprises à une réaction en leur faveur, les qualifiant de « Patrimoine de toute l’Afrique ». Et il avait raison, car il fut un temps où les éléphants étaient presque partout présents sur la terre d’Afrique : du Nord au Sud, de l’Est à l’Ouest.

lire la suite de l'article