Histoire de la protection de la nature et de l’environnement
Accueil du siteTravaux des chercheursAppel à communication
Dernière mise à jour :
dimanche 5 février 2017
Statistiques éditoriales :
156 Articles
5 Brèves
18 Sites Web
42 Auteurs

Statistiques des visites :
3634 aujourd'hui
4205 hier
2113403 depuis le début
     
Colloque du Ruche : "Pouvoir(s) et environnement"
mardi 4 mars 2014

popularité : 36%

Le prochain colloque du RUCHE se déroulera à Rennes du 15 au 17 octobre 2014. Organisé par Raphaël Morera, Laurent Coumel et Alexis Vrignon, il a pour thème “Pouvoir(s) et environnement”.

Pleinement reconnue parmi les défis majeurs du monde contemporain, la question environnementale constitue un enjeu de pouvoir et un objet politique à part entière. La protection et la restauration des milieux dits naturels s’articule autour d’un système normatif complexe. Fixant des objectifs et déterminant des limites, le droit de l’environnement tente de contraindre et de faire évoluer les pratiques économiques et sociales tandis que les citoyens et les associations expriment une volonté de participer à la définition des aménagements. L’évolution récente en la matière peut en ce sens être interprétée comme un dialogue, ou un conflit, entre différents acteurs sociaux.

Dépassant très largement le cadre des Etats nations et échappant à leur temporalité politique, les enjeux environnementaux posent de réelles difficultés d’adaptation aux divers pouvoirs, comme l’a montré Joachim Radkau. Au XXe siècle, cette réalité a débouché, dans les pays occidentaux, sur la constitution d’une offre politique spécifique. Ailleurs, les thèmes environnementaux soutiennent régulièrement des mouvements de résistance ou de contestation. A ce titre, les crises environnementales font naître de fortes attentes à l’égard des pouvoirs, et peuvent les mettre en difficulté.

La formulation et la conception de la question environnementale sont constitutives d’évolutions récentes, particulièrement sensibles au cours des quarante dernières années. Néanmoins, au cours de l’histoire, les sociétés humaines ont toujours eu à négocier, par l’adaptation comme par la destruction, avec leur environnement. Dans cette perspective, il s’agira de s’interroger sur la manière dont les pouvoirs « gouvernent » l’environnement et les ressources et sur la manière dont ils interagissent. Dans le sillage des travaux initiés par l’école des Annales, la question des relations entre pouvoirs et environnement constitue un objet historique désormais bien établi. Nourries par la réflexion sur les biens communs ouverte par Garett Hardin et Elinor Ostrom, les publications récentes ont notamment mis en évidence la dimension conflictuelle de la gestion des ressources et la nécessaire mise en place de mécanismes de régulation. Les historiens, notamment américains, se sont intéressés aux relations entre les pouvoirs et la nature entendue comme construction sociale, culturelle et politique, en envisageant aussi bien les aspects institutionnels qu’idéologiques et scientifiques de cette relation (Gabrielle Hecht, Judith Schapiro).

Embrassant toutes les périodes historiques et toutes les aires géographiques, dans une démarche comparatiste et transnationale débordant les contextes français et européen, l’objectif de ce colloque est de présenter, d’approfondir et de renouveler ces réflexions en privilégiant principalement quatre axes jusque là négligés dans l’historiographie :

- crise et catastrophes environnementales : enjeux de temporalité et de légitimité ;
- environnement et changement institutionnel ;
- pratiques du pouvoir, usages et transformation de l’environnement ;
- l’expertise environnementale.

Voir le texte complet de l’appel en pièce jointe. La date-limite pour l’envoi des propositions de communication et de poster a été fixée au 15 mars 2014.

Les propositions de communications (3000 signes au maximum) doivent être adressées à Raphaël Morera et Alexis VRIGNON

 
Documents joints à cet article :