Histoire de la protection de la nature et de l’environnement
Accueil du siteAgenda
Dernière mise à jour :
mardi 8 octobre 2019
Statistiques éditoriales :
172 Articles
4 Brèves
Aucun site
44 Auteurs

Statistiques des visites :
7867 aujourd'hui
9897 hier
5930778 depuis le début
     
Agenda
<<  Novembre 2019  >>
LuMaMeJeVeSaDi
28293031123
45678910
11121314151617
18192021222324
2526272829301
Aucun évènement prévu ce mois-ci
10-10-2019 16:30 : L’AHPNE aux Rendez-vous de l’histoire de Blois
mardi 8 octobre 2019

Les prochains entretiens de Blois auront pour thème cette année « L’Italie ». L’AHPNE y sera de nouveau présente avec ses partenaires, Le Ruche et le comité d’histoire du ministère de la Transition écologique et solidaire pour animer une table ronde sur l’Italie : des secousses à l’aménagement (page 18 du programme général).

Programme

Lieu de la table ronde : amphi Denis Papin (INSA)

La beauté des paysages italiens naît souvent de défis environnementaux, politiques et économiques, en réaction aux catastrophes naturelles et industrielles, depuis l’Antiquité. L’histoire environnementale questionne les adaptations réalisées.

Modérateur : Charles-François MATHIS, Maître de conférences à l’Université Bordeaux Montaigne.

Intervenants : Elisabeth CROUZET-PAVAN, professeur à l’université Paris IV, Paris-Sorbonne, Giacomo PARRINELLO, assistant professeur, Centre d’histoire de l’IEP de Sciences Po Paris, Bruno ZIGLIOLI, professeur associé à l’université de Pavie.

Résumé : l’Italie : des secousses à l’aménagement

Pour les poètes médiévaux, les peintres de la Renaissance et les touristes qui s’y pressent par millions depuis l’époque du « Grand Tour », l’Italie, c’est la douceur des paysages toscans, l’élégance de la lagune vénitienne, la beauté somptueuse de la côte amalfitaine, la campagne romaine parsemée de ruines. Voilà autant de clichés qui font de ce pays, d’emblée, l’incarnation d’un rapport harmonieux entre les hommes et la nature.

C’est oublier une autre Italie, celle qui connaît des secousses naturelles déjà décrites par Pline dans sa lettre à Tacite à propos de l’éruption du Vésuve, ou qui font l’actualité, avec les récents tremblements de terre des Abruzzes. Mais aussi secousses industrielles, tel l’accident de Seveso en 1976. Aux grands drames s’ajoutent les « micro-catastrophes », inondations ou glissements de terrains, qui conditionnent aussi un certain rapport à l’espace et au territoire. Exigeante, la terre italienne a donc demandé de grands aménagements pour devenir ce paradis fantasmé.

La table ronde cherche à interroger l’ampleur de ces aménagements et le travail de bonification mené pour permettre le déploiement d’une telle civilisation, parfois en réaction justement aux catastrophes. La beauté des paysages italiens est née ainsi de défis environnementaux, politiques et économiques souvent dramatiques.

Une telle approche soulève bien des interrogations sur l’aménagement, l’environnement et les risques naturels. Aménager un territoire, pour le bonifier ou prévenir les catastrophes, c’est d’abord mettre en avant des enjeux politiques : la puissance publique a t-elle joué son rôle ? Quels ont été les rapports de pouvoir entre les différents acteurs ? Y a-t-il eu une construction identitaire ?

La dimension économique et sociale liée à ces enjeux a été déterminante comme justification et critère de réussite (améliorer les rendements, transformer un espace pour le rendre habitable). Elle a aussi mis en action des acteurs divers dont les interactions dessinèrent finalement le nouveau visage de l’espace transformé.

Tout cela a bien sûr été innervé par de forts enjeux environnementaux, centraux dans cette table ronde : la question des risques de vibrazioni et des réponses apportées aux aléas naturels, l’émergence de dangers provoqués par les aménagements humains, etc.

Les réflexions prendront aussi en compte les conséquences des transformations de l’espace, avec l’exemple des écosystèmes fragiles, tels que les littoraux, la lagune de Venise ou d’ailleurs, et, en retour, aux impacts sociétaux et humains qui en découlent. Ces derniers, d’ailleurs, ne touchent pas également toute la population. Nous prendrons soin de distinguer leurs effets variables selon les appartenances sociales, raciales ou de genre.

Au final, ce qui ressortira de ce tableau à grand trait des aménagements et des catastrophes de la péninsule, ce sont des Italies, changeantes dans le temps et dans l’espace.

 
Evénements de la journée : 10 octobre 2019